A fine jewel: the art and craft of Emmanuel Aubry

Par Laetitia Allal,

A fine jewel: the art and craft of Emmanuel Aubry


Dessin: Dents de lait sertie clos et diamants en Marguerite

Qui est Emmanuel Aubry, sa genèse créative?
De formation vêtements, style et modélisme, je me suis rapidement tourné, lorsque j'étais assistant de Thierry Mugler, vers les accessoires en général, puis exclusivement vers les bijoux. J'ai continué à approfondir la question lorsque Christian Lacroix m'a demandé de travailler sur ses lignes de bijoux, ce que j'ai fait pendant dix ans, jusqu'à la fermeture de sa maison de Couture.

Comment es-tu venu à la joaillerie ?
C'était pour moi et depuis très longtemps une sorte de but, de besoin… Je me sens bien dans l'ultra-exigence de ce métier, j'aime le sentiment de dompter ces matériaux durs, capricieux et fragiles aussi. C'était aussi le besoin de changer de rythme, de façon de faire, de changer de finalité. De passer d'un produit périssable, démodable, à un produit plus pérenne, qui épouse le style de celui ou celle qui le porte, et pas l'inverse, d'un produit qui offre le bonheur de durer.Un besoin aussi d'émerveillement, de rareté, de discrétion. L'immense bonheur de créer quelque chose qui prend soudain une place importante dans le cœur de quelqu'un.

A fine jewel: the art and craft of Emmanuel Aubry


Or gris 18 carats, sans traitement. Bangle en anneau brisé d'une lame polie miroir, sertie de 2 pans russes en grenats sertis clos. Edition limitée à 10 pièces

Comment est né A fine jewel?
La fermeture de la maison Lacroix m'a donné l'opportunité de pouvoir mettre sur pieds ce projet. C'était d'abord une volonté d'indépendance, d'autonomie. Mais aussi bien sûr après un peu plus de 20 ans auprès des couturiers, l'énorme envie de passer du rôle d'interprète à celui de compositeur.

Quel en est le concept?
Le concept global est de travailler en séries ultra limitées ou en exemplaires uniques, fabriquées au fur et à mesure en France et exclusivement par des Maîtres Joailliers. Partant de là, l'idée est d'offrir le plus de souplesse possible aux clients : une collection existante dans laquelle on peut choisir un modèle, mais aussi la possibilité de personnaliser les modèles existants (changer de longueur de collier, changer de pierre…), ou la possibilité de concevoir un bijou autour des pierres du client, ou encore de proposer des pierres et un design exclusif…

Pourquoi ce nom A fine jewel?
A pour Aubry, fine jewel puisqu'il s'agit de joaillerie… J'aime bien la tension de ce A qui peut être à la fois ma singularité, et un pronom indéfini.

A fine jewel: the art and craft of Emmanuel Aubry



Et où vas-tu chercher l'inspiration? Quels sont tes moteurs créatifs?
Je suis un boulimique de bijoux, archéologiques, historiques, ethniques, populaires, mode… Tout m'interesse. J'accumule la culture des techniques et des portés, des design. Mais au moment de dessiner, de décider, je ne regarde plus que des photos de gens qui m'inspirent, de gens sur lesquels j'ai envie de poser des bijoux. Je ne suis pas capable de dessiner un bijou sur une feuille si je ne l'imagine pas d'abord sur quelqu'un.

Un choix de matériaux très précis semble être une de tes marques de fabrique, explique nous comment tu choisis tes ors, matériaux, pierres etc.?
Je travaille à partir d'or recyclé, pas d'or minier. J'utilise l'or gris sans traitement de surface pour garder la subtilité de sa couleur. Les pierres sont méticuleusement choisies par rapport au modèle, parfois dans des critères joailliers de pureté et de couleurs, parfois dans des critères plus subjectifs d'émotion. Je préfère par exemple travailler avec des Aigues Marines habitées plutôt que très pures et plus classiques. Les pierres sont toujours retaillées ici pour arriver au grade de qualité que je souhaite proposer. Et je suis particulièrement attentif à la provenance des diamants que je propose, au moins autant qu'à leur qualité. Je ne fais pas de compromis avec la qualité pour pouvoir proposer un prix marketing. La qualité est toujours à son maximum, quel que soit le prix. C'est le volume de la pièce et le choix des matériaux qui change en fonction du budget.

A fine jewel: the art and craft of Emmanuel Aubry


Dessin de proposition de sur mesure pour un sautoir

Y-a-t ‘il une différence sur la manière de créer du sur mesure et tes propres créations ?
Forcément, puisque pour le sur mesure, je me nourris du goût des clients, de la façon dont ils vivent, je suis alors à nouveau interprète. Tandis que pour ma collection, je décide moi même du client idéal, de son attitude et de ses comportements.

Et quand tu crées, alors, tu penses femme, homme ou mixte?
Tous les cas de figures se présentent, et je crois que les bijoux sont ce qu'il y a de plus adaptable au genre. C'est la personnalité qui fait le choix, pas le sexe.

A fine jewel: the art and craft of Emmanuel Aubry


Bague: Or gris 18 carats, sans traitement. Anneau de fil rond, noué. Edition limitée à 100 pièces

Comment vois-tu le futur de A fine jewel?
Difficile de répondre à cette question quand on démarre une collection de joaillerie en étant indépendant et dans ce genre de période ! D'abord installer ce démarrage et conforter mes premiers résultats. Puis j'espère rapidement compléter mon offre par une petite collection qui pourra être diffusée dans une sélection de boutiques.

Et ton avenir rêvé de A fine jewel?
Un petit salon quelque part Rive Gauche, des centaines de personnes heureuses de porter mes bijoux, et beaucoup de partenariats avec des ateliers d'art parce que j'ai aussi très envie de travailler autour du concept de bijoux de maison avec des matériaux comme le verre, le cristal, le bronze ou la porcelaine…

A fine jewel