Malick Sidibé: Un souffle malien

Par Laetitia Allal,

Combat des amis avec pierres, 1976© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A


Combat des amis avec pierres, 1976© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A

Des photographes africains, l'occident n'en connait que très peu: il y a Seydou Keïta, Youssouf Traoré et bien sûr Malick Sidibé.
Malick Sidibé est tombé dans la photo par hasard: son don pour le dessin l'a porté à Bamako, qui l'a porté a assister un photographe venu de France. C'est en 1956 qu'il se lance dans l'aventure et devient photo reporter et portraitiste des soirées bamakoises. Les portraits sont instantanés, spontanés, allègres, immortalisant le style, les vêtements, les allures, les pas de danse, les instants de joie, pris sur le vif ou en mode posé, d'une jeunesse malienne en pleine émancipation dans un pays en plein essor.

A moi seul, 1978© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A


A moi seul, 1978© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A

“Je suis un portraitiste naturaliste, pas philosophique”, aime à se definir le photographe.
Il faudra toutefois attendre 1994 et les Rencontres africaines de la photographie de Bamako, pour que l'occident découvre et s'entiche de cet artiste africain au talent indeniable. Porte aux nues, Malick deviendra le premier photographe africain récipiendaire du prix Hasselblad, et verra son grand oeuvre couronné d’un Lion d’or à la Biennale internationale de Venise.

Grande famille de dos, 2000© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A


Grande famille de dos, 2000© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A

Mais Malick ne se laisse pas europeaniser par ce succes soudain... Africain dans l'âme, il reste fidèle à ses racines, à ses convictions, à sa famille, à son pays, et continue à oeuvrer dans son pays pour initier a la photographie, en famille, dans son desormais célèbre studio : le Studio Malick à Bagadadji ouvert en 1962.

Les amis musiciens, 1969© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A


Les amis musiciens, 1969© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A

"Son Afrique est bien lointaine de celle de notre imaginaire ou de notre vision d'étrangers, ni exotique ni misérabiliste. C'est l'Afrique par et pour elle-même, avec son énergie, ses rêves, ses paradigmes et parfois ses paradoxes." comme le signale à juste titre Laura Sérani, la directrice artistique des Rencontres de Bamako, dans la préface du Photo Poche qui regroupe intelligement 77 photos en noir et blanc du photographe.

A l'instar d'un August Sander, les photos de Malick Sidibé sont une mine d'information sociale, témoins d'une époque, d'un temps, d'un continent souvent délaissé signées de main de maitre.

Les quatre amies le jour de la fête, 1973© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A


Les quatre amies le jour de la fête, 1973© Malick Sidibé / Courtesy MAGNIN-A

Les deux Coépouses, 1972 MALICK SIDIBE


MALICK SIDIBE,Photo Poche n°145
Actes Sud Editions