L’ère vulgaire passera

La Galerie Esther Woerdehoff accueille une exposition hors-normes, conçue par un commissaire d’exposition invité : Patrik Schedler. L’exposition se tiendra loin du quinzième, dans un espace pop-up ouvert exceptionnellement dans le Marais. Critique d’art, Patrik Schedler gère la succession du photographe Karlheinz Weinberger, dont les extraordinaires portraits de jeunes rebelles zurichois des années 60 ont été exposés à plusieurs reprises à la galerie et dans les foires.
Sous le titre “l’ère vulgaire passera”, en référence à la Révolution française, Patrik Schedler propose un regard très personnel, qui trouve écho dans l’actualité. A travers le travail de quatre photographes, il montre comment les Révolutions de 1989, en mettant fin aux régimes autoritaires d’URSS et d’Allemagne de l’Est ont bouleversé les mentalités, la société, l’histoire et l’art.

Aleksandr Schumow, Landpartie (Partie de campagne), Pystin, 2010 Tirage argentique couleur, 45 x 61 cm, édition de 6



Aleksandr Schumow, Landpartie (Partie de campagne), Pystin, 2010 Tirage argentique couleur, 45 x 61 cm, édition de 6 © Aleksandr Schumow, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff

"En 1792, la France révolutionnaire instaure le calendrier républicain et met ainsi fin à ce qu’elle nomme a posteriori “l’ère vulgaire1” (E.V).

En 1989, une autre Révolution élimine le Stalinisme en Russie et en Allemagne de l’Est. C’est le début d’une ère nouvelle pour la jeunesse des pays de l’Est mais aussi à l’Ouest où l’on prend conscience d’un changement historique de paradigme.
L’exposition “l’ère vulgaire passera” présente les œuvres de quatre photographes qui répercutent ce changement majeur.

Aleksandr Schumow est né en 1960 à Moscou. Il suit des études d’histoire de l’art à l’université Lomonossov de Moscou. Peu après la chute de l’URSS, il commence à montrer son travail artistique en Russie et en Suisse, avec des photographies, des performances et des expositions dont il est le commissaire. Sous le nom de Supremus, il publie des livres d’artistes et des articles dans des magazines d’art. Il vit et travaille désormais entre Moscou et Zurich.

Andreas Fux est né à Berlin-Est en 1964. Son travail photographique s’intéresse à la manière dont l’individu humain devient sa propre création artistique. Il traite aussi de Berlin, quintessence urbaine de la tension entre la vulgarité et l’originalité des bouleversements sociaux des trente dernières années. C’est cette tension ressentie par l’individu que Fux photographie.

Slava Mogutin est né en 1974 en Sibérie. Âgé de seulement 14 ans, il quitte sa famille, part à Moscou et devient une légende de la Révolution et un pionnier de la lutte pour l’émancipation homosexuelle. Ses activités de journaliste et d’activiste amènent le nouveau régime, autoritaire et fascisant, à le considérer comme ennemi de l’état. Il est l’une des premières personnes à obtenir l’asile politique aux États-Unis en raison de son homosexualité. Aux États-Unis, il rencontre Brian Kenny, né en 1982 à Heidelberg dans une base américaine. Brian Kenny grandit dans une famille de soldats sur une base militaire, il vise d’abord une carrière d’athlète professionnel mais finit par devenir artiste. Depuis 2004, Slava Mogutin et Brian Kenny travaillent ensemble dans le collectif artistique Superm.
Les biographies de ces quatre artistes sont marquées par les conséquences des événements de 1989.

Dans une perspective historique, une dynamique incompréhensible a suivi la chute du mur de Berlin et s’est amplifiée pour le public avec le développement commercial et culturel d’internet. Toute nos contextes de sens s’en sont trouvés mélangés.
Dans le tourbillon de la disparition de l’ordre ancien, des formes nouvelles ont pu émerger, basées sur une esthétique libérée de la vulgarité du passé.

Dans toutes les sociétés homogènes du passé, l’homosexualité a toujours été réprimée. C’est seulement dans un double mouvement, d’une part par la libération sexuelle rejetée par l’effroyable épidémie de SIDA et d’autre part par les immenses bouleversements sociaux et politiques liés aux révolutions de 1989 puis à la révolution numérique que sont apparus, dans les démocraties européennes, florissantes, sociales et humanistes,de nouveaux modes de vie et finalement les cadres législatifs qui ont ancré ces nouvelles réalités dans la société.

Autant le désir homosexuel peut être considéré comme un épiphénomène de la grande histoire, autant, par cette créativité et cette diversité, de nouvelles beautés, de nouvelles perceptions et de nouveaux paradigmes sociaux ont pourtant émergé.

Les artistes présentés dans cette exposition sont les fils de ces changements, ils sont aussi d’excellents créateurs de nouvelles idoles esthétiques. Enfants, ils ont grandi dans un environnement qui appartient désormais au passé, mais adolescents et jeunes hommes, ils ont découvert la possibilité de mener leur vie dans la liberté, la beauté et la fierté. Leurs œuvres explorent une heuristique de la vision et du désir. Plantes pionnières, ils ont pris racine dans les fissures et les crevasses du monde ancien et, à partir d’une faible couche d’humus décomposé, grandissent en liberté et s’épanouissent dans une vitalité sans pareille.

L’authenticité de ces images indique, à ceux qui ne voient pas et ne comprennent pas, ce que ces Révolutions de 1989 ont impliqué, dans le brouillard lugubre de la décadence. Les signes ont changé, les pôles sont inversés. Un transfert de charge a eu lieu.

Cette exposition est celle d’un regard personnel - issu du bilan temporaire de trente ans de confrontation avec la photographie (et la peinture 2). Je voudrais avant tout transmettre et montrer ce que j’aime. Ce qui m’intéresse dans l’art, c’est, en premier lieu la beauté et, de façon secondaire, l’observation et la représentation de la « vie vécue ».

Les trois ou quatre démarches artistiques réunies (Mogutin et Kenny travaillent individuellement) évoluent sur la frontière de la figuration narrative et de l’abstraction 3.

J’ai découvert Aleksandr Schumow il y a plus de dix ans, comme un artiste photographe qui invente la condition esthétique de notre époque, à partir d’une perspective caractéristique de l’Est. On retrouve dans son travail, avec beaucoup de sensibilité et de chaleur, la force narrative pénétrante et une certaine ironie dramatique que l’on trouve d’abord palpable dans la littérature russe.
Mon lien avec Andreas Fux est celui d’une amitié qui dure depuis 15 ans et j’apprécie dans son travail sa recherche esthétique d’une précision de la composition qui reste pourtant toujours picturale et parvient à rendre visible le surréalisme du réel. Pour continuer dans les métaphores linguistiques : le travail de Fux parle allemand, avec la profondeur et la pertinence qu’évoquait Martin Heidegger dans cette fameuse citation qui dit que celui qui se met à penser apprend l’allemand.
J’ai découvert Brian Kenny et Slava Mogutin plus récemment, quand j’ai travaillé avec la photographe et éditrice Martynka Wawrzyniak sur l’édition d’un livre des photographies de Karlheinz Weinberger dont je gère la succession. L’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull a retardé le départ de Martynka et nous avons eu le temps de parler de photographie d’art et de philosophie, c’est alors qu’elle m’a parlé de Mogutin.
Les deux artistes multimédias Slava Mogutin et Brian Kenny, qui travaillent en étroite collaboration, créent un univers visuel qui montre une explosion d’idées et d’interprétations que j’associe fortement avec le surréalisme et ses précurseurs, en particulier avec les imaginaires de Baudelaire et Rimbaud, Bataille, Leiris ou encore Hans Bellmer, mais sans leur gravité drastique et leur dépression parfois dégoulinante. Ils transforment l’héritage visuel de l’interdit en une salle de jeu du désir, parfois drôle, mais aussi emprunte de gravité.

Ces trois - ou quatre – démarches artistiques imbriquées : le récit, la pensée et le jeu avec la surface et la profondeur, avec la forme et le contenu et avec les différentes formes de désir et de luxure, révèlent une part importante de ma propre vie. Voici comment je pense que la photo et son exposition peuvent les exprimer.

Patrik Schedler, Warth, Suisse, 21 avril 2013

Aleksandr Schumow, Sans titre Tirage argentique couleur, 61 x 45 cm, édition de 6Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM) Old Fashioned, Well Travelled, Athens, NY, 2012 C-prints, 51 x 41 cm, édition de 10

Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM) Old Fashioned, Well Travelled, Athens, NY, 2012 C-prints, 51 x 41 cm, édition de 10 © Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM), Courtesy Galerie Esther Woerdehoff
Aleksandr Schumow, Sans titre Tirage argentique couleur, 61 x 45 cm, édition de 6 © Aleksandr Schumow, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff

Andreas Fux, Arthur & Sergej, Moscou, 1992 Tirage argentique sur papier baryté, 50 x 40 cm, édition de 3

Andreas Fux, Arthur & Sergej, Moscou, 1992 Tirage argentique sur papier baryté, 50 x 40 cm, édition de 3 © Andreas Fux, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff


Andreas Fux, Im Büro, Moscou, 1992 Tirage argentique sur papier baryté, 40 x 30 cm, édition de 3


Andreas Fux, Im Büro, Moscou, 1992 Tirage argentique sur papier baryté, 40 x 30 cm, édition de 3 © Andreas Fux, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff
Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM) Spore Holes, from ENTROPY PARADE, 2011 C-prints, 61 x 51 cm, édition de 10Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM) Spore Holes, from ENTROPY PARADE, 2011 C-prints, 61 x 51 cm, édition de 10
Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM) Spore Holes, from ENTROPY PARADE, 2011 C-prints, 61 x 51 cm, édition de 10© Slava Mogutin & Brian Kenny (aka SUPERM), Courtesy Galerie Esther Woerdehoff

L’ère vulgaire passera
Pop Up - Galerie Esther Woerdehoff
16 rue du Perche, 75003 Paris
Du 28 novembre au 21 décembre 2013

GalerieEstherWoerdehoff
36 rue Falguière 75015 Paris - France
Tel : +33 09 51 51 24 50
www.ewgalerie.com

1 Le titre de cette exposition est une référence littéraire à un terme inventé à la Révolution française. Par l’abréviation E.V. (ère vulgaire), les révolutionnaires faisaient référence au temps grégorien et donc pré- révolutionnaire. Dans un sens, les artistes exposés, et moi avec, sont aussi des Enfants de la Révolution, non celle de 1789, mais celle du bloc soviétique de 1989.
2 Ce que je recherche dans la photographie, c’est l’aspect pictural.
3 Il existe finalement également une abstraction “narrative” qui peut être décrite comme une poésie pure et élégante.