JOEL PETER WITKIN. ENFER OU CIEL. EXPOSITION.

Par Katherine Abricqueau




Joel-Peter Witkin, Poussin aux enfers,1999 © Joel-Peter Witkin © Courtesy Galerie Baudoin-Lebon


Joel-Peter Witkin,Poussin aux enfers,1999© Joel-Peter Witkin© Courtesy Galerie Baudoin-Lebon




En 1989, j’étais jeune.
J’étais étudiante en stylisme.
En 1989, j’étais jeune mais bon…
J’avais besoin de mythes, d’images fondatrices, d’images inspirantes.
J’aimais David Lynch et Tod Browning, j’écoutais les Cramps et Sonic Youth, je découvrais les sushis et la techno bref, j’aimais la nouveauté et les sensations.
En 1989, j’étais jeune et je suis allée au Palais de Tokyo voir un photographe que je ne connaissais pas : Joël-Peter Witkin.

Et là j’ai eu un choc et je suis devenue un peu moins jeune.
Witkin est arrivé et a changé nos vies; on pouvait voir au grand jour un catalogue assez exhaustif des fantasmes inavouables de l’espèce humaine.
Tout le monde hochait de la tête devant des scènes horribles avec des nains, des culs de jatte, des morts, des seins, des sexes humains ou pas…et était témoin néanmoins de la beauté, d’une certaine beauté.
Bien sûr les photos étaient belles, d’une facture assez classique.

L’usage du noir et blanc et du sépia nous faisait penser que l’on était tombé sur des images oubliées dans un coffre ancien, ultra poussiéreux, caché dans le coin d’un grenier d’une vieille maison ayant appartenu à Lucifer.

Aujourd’hui je suis bien moins jeune, et Joel-Peter Witkin récidive.
J’avoue que l’idée de me retrouver en enfer une nouvelle fois, parmi ces créatures souffrantes, à demi mortes ou à demi tout court me séduit que moyennement.
Je suis moins jeune et je suis devenue une mauviette.
Je suis devenue peureuse, je n’ai plus envie de me soumettre à des images violentes, effrayantes, surement une façon de me protéger…

J’ai peur de la peur.

Mais la chose qui n’a pas changée chez moi est ce besoin vital, cette curiosité insatiable de nouveauté, d’étonnement… Alors je verrai si je suis dans un moment de courage pour aller voir Witkin à la BNF.
Aller voir l’indicible sous son visage le plus éloquent.

JOEL PETER WITKIN.
ENFER OU CIEL.
BNF, Richelieu
Du 27 mars au 1er juillet 2012.

33-Witkin MEP 1998.126Photo Patrice Maurin-Berthier


Joel-Peter Witkin.Prudence,Paris,1996©Joel-Peter Witkin, © Courtesy Galerie Baudoin-Lebon.Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris.

Merci de double-cliquer sur les photos de la galerie pour les légendes.