HELMUT NEWTON par Sylvia Gobbel. INTERVIEW.

Par Laetitia Allal

Self-portrait with wife and models, Paris 1981


Self-portrait with wife and models, Paris 1981© HELMUT NEWTON Estate



Succès monumental, l’exposition Helmut Newton, au Grand Palais jusqu’au 17 juin 2012, est l’événement photographique de ce printemps. Pour aborder la question du nu dans son travail, nous avons rencontré SYLVIA GOBBEL, l’un de ces mannequins phares. Interview.



Vous arrivez à Paris et peu de temps après vous rencontrez Helmut Newton, racontez nous votre rencontre. Aviez- vous conscience de son importance ?

Oui. Etant étudiante en droit à Vienne, je faisais déjà des photos de mode à Vienne pour payer le loyer de mon studio. J’ai rencontré des photographes, qui étaient en admiration devant Newton et me montraient toutes ses photos. En rencontrant Newton, je savais quelle importance il avait dans le milieu de la photo et la mode. Nous étions des dizaines des mannequins au casting et quand ça a été à mon tour, il s’est exclamé : « voilà la fille que j’attendais ! On va travailler ensemble pour la Haute Couture dans le Vogue français et ensuite j’aimerais beaucoup faire des nus avec toi... » J’ai accepté sans réfléchir ! C’était la chance de ma vie…



Poser pour Helmut Newton c’était comment ?


Helmut était un grand professionnel. Ses photos sont savamment construites. Malgré l’aspect « paparazzi » qu’il aimait tant, il avait la photo en tête avant même d’avoir commencé…Il vous mettait en position, trouvait l’angle parfait, et vous pouviez rester des heures dans cette position. Je suis d’une nature très disciplinée (mes origines obligent) et ça ne m’a jamais posé de problème de rester immobile et attentive..



Poser nue pour la première fois pour Helmut Newton ça fait quoi, surtout dans les années 80 où le nu était réservé à la presse dite de charme ?


Oui, bien sûr le nu dans les années 80 était réservé aux magazines de charme, cependant c’était une époque où tout avançait très vite. Les premiers nus étaient destinés au Vogue Français, qui n’est pas vraiment connu comme « magazine de charme », donc il était très facile pour moi d’accepter. Evidemment, à 19 ans, on est un peu gênée de se mettre nue devant toute une équipe de photo, mais comme Helmut me dirigeait en me faisant prendre plutôt des poses de statue grecque, que sexy, il n’y avait rien qui pouvait me mettre mal à l’aise….





Helmut Newton,Sie kommen, French Vogue, Paris 1981

Helmut Newton,Sie kommen, French Vogue, Paris 1981.





Vous avez fait partie de l’aventure des Grands Nus de Newton, pouvez vous nous raconter un peu comment cela c’est passé ?

Les Grands Nus ont pris leurs racines en collaboration avec le Vogue français et Italien. Nous étions plusieurs mannequins et nous nous entendions bien. Cela se passait dans un climat très professionnel et joyeux.


Ses photos ont très vite été critiquées, certains trouvaient sa vision de la femme assez misogyne ? Qu’en pensiez vous à l’époque ? Et qu’en pensez vous aujourd’hui ?

Newton était en avance sur son époque. Ses photos étaient tout sauf misogynes … La femme est le sexe fort sur ses photos, elle porte le monde sur ses épaules, elle est sûre d’elle, même nue. Elle n’est pas nue pour devenir un objet, mais pour montrer sa force. Aujourd’hui, la plupart des gens l’ont compris. Personnellement je l’ai toujours compris. Je ne me suis jamais sentie aussi belle et aussi forte que sur les photos de Newton.


Pensez-vous que les critiques l’affectaient?

Non, je pense qu’il n'avait rien à faire des critiques…Il trouvait ces gens ringards et limités.


Comment était-il avec ses mannequins?

Très professionnel, prévoyant et strict. Toutes les qualités requises pour diriger une séance de photo.


On dit qu’il avait beaucoup d’humour, est-ce vrai ?

Oui, il était drôle et nous faisait rire sur le plateau, mais il ne perdait jamais de vue l’objectif du travail.



Quelle est votre photo préférée de Newton dans l’absolu?


Ma photo préférée, c’est celle ou nous somme tous les trois, June assise sur une chaise, Helmut derrière moi, se reflétant dans le miroir et moi recto verso devant cette glace.



Quand vous avez décidé d’arrêter le mannequinat, avez vous gardé des contacts avec lui ou June?


Non, malheureusement. J’ai coupé le contact avec tout le monde, je me suis concentrée sur ma vie de famille.


Que pensez-vous de l’exposition du Grand Palais ?

Je suis très heureuse de cette exposition. Helmut la mérite depuis très longtemps, mais malheureusement les choses prennent beaucoup trop de temps avant d’être réalisées. J’aurais tellement souhaité qu’il soit présent à son exposition.


Vous êtes resplendissante, pensez vous qu’avoir travaillé sous l’objectif de Newton vous a aidé à accepter votre corps, votre nudité, et votre féminité?


Oui, bien sûr. Travailler avec Newton m’a fait mûrir et accepter mon corps, parce que comme toutes les femmes, j’avais des critiques sur mon corps, que je ne voyais plus sur ses photos.

Sylvia Gobbel by Franck Glenisson
Sylvia Gobbel by Franck Glenisson

Des projets en cours ?

Oui, en ce moment je sors un clip et single, intitulé HADES, réalisé par Franck Glenisson et on me propose de nombreuses séances de photo….Je m’amuse, je suis heureuse et épanouie.

Galerie de photos, Exposition Helmut Newton au Grand Palais, double-cliquer sur la photo pour avoir les légendes.