CASS BIRD-INTERVIEW

Par Laetitia Allal,

Rewilding © Cass Bird


Qui es-tu Cass Bird ?
Je suis un «Petit Oiseau (en français NDLR)».

Quels sont les photographes qui t’ont le plus influencée?
Peter Lindbergh, Peter Hujar, Herb Ritts, et Bruce Weber.

Es-tu inspirée par des photographes contemporains?
Oui, j’aime Juergen Teller. Je pense que Hedi Slimane tue tout. Les portraits d’Inez & Vinoodh sont hallucinants et j’aime aussi Bill Henson.

Tes photos sont à la fois élaborées, spontanées, naturelles, et personnelles. Comment fais-tu?

Je pense que c’est juste ma personnalité.

Et tu travailles comment alors?
Quand je suis en train de photographier j’essaie de pousser les choses toujours de plus en plus loin.

Mais comment procèdes-tu pour attraper ces instants qui rendent tes photos si spontanées?
Je prends juste du bon temps et j’essaie de profiter du moment, d’être là au bon instant.

Qu’est-ce qui t’inspire?
Monter sur une énorme et sexy licorne à cru

Selon toi, quel est l’ADN de Cass Bird?
Un bon rythme !

La joie et la tendresse semblent deux aspects assez essentiels dans ton approche? En connais-tu la raison?
Oui. Pour moi, la joie et la tendresse sont les deux choses dont j’ai le plus besoin dans ma vie, bien plus que le fait de me nourrir.

Tes portraits de gays et lesbiennes, tes photos de figures de matriarches sont importants dans ton travail. T’en sers-tu pour abolir les frontières ?
Nous fixons tous nos propres limites.

L’homophobie est encore présente de nos jours … comme le droit à l’adoption qui est encore interdit dans certains états ou pays. Est-ce une volonté de ta part de montrer une autre vision de la communauté gay et lesbienne?
Bien sûr, je pense qu’il y a un manque de familles homosexuelles idéales.

Rewilding © Cass Bird



T'as été d’accord pour te faire photographier avec ta petite amie et vos deux enfants pour le Vice magazine, te sers-tu de ton travail et de ta vie pour te battre contre les préjugés?
L’ignorance n’est pas salvatrice mais l’homosexualité oui.

J’aime bien la manière dont tu captures les femmes enceintes.
Hum.... je pense shooter tout le monde de la même manière. Mais merci.

Tes modèles peuvent être à la fois une femme et un homme avec un sens unique de l’esthétique. Le trouble des genres est-il volontaire?
Je ne trouve pas que ce soit troublant. Je cherche l’énergie inhérente à chacun et la manière dont elle s’exprime.

Tu aimes faire des films. Approches-tu la réalisation comme la photographie?
En fait, je dois travailler de la sorte : faire des films me nécessite une trame narrative alors qu’en photo, pour moi, l’histoire peut être plus abstraite.

Rewilding est ton dernier livre, quelle en est l’idée?
Rewilding était une exploration de l’identité féminine, et la manière dont je m’y inscris.

Qu’entends-tu par Rewilding?
Il s’agit de rendre la liberté à un animal en captivité. On s’approprie tous des identités et une conduite induites par notre environnement, donc s’extraire d’un environnement connu nous donne la liberté d’en découvrir un nouveau.

Comment choisis-tu tes modèles?
Ils me choisissent.

Ton projet rêvé?
Shooter le Calendrier Pirelli.

Prochaine étape?
Je ne sais jamais.

Rewilding
Cass Bird
Damiani Editors,2012


Rewilding © Cass Bird