LA TRICHROMIE SETOISE DE CHRISTOPHER ANDERSON

Par Laetitia Allal,

SETE#12



Christopher Anderson a exposé son travail dans le cadre du jeune Festival Images Singulières, fruit de son invitation à résidence à Sète par l’association CéTàVOIR.

Pour un livre de photos, témoin d’une quête identitaire plus que patriotique.


SETE#12



L’idée de départ, une carte blanche donnée à Christopher, des drapeaux français à chaque coin de rue qui l’interpellent durant le Festival de la Saint-Louis à Sète, une pensée pour son fils qui est moitié français par sa mère, une interrogation face à cette identité double. Un Festival au "folklore délirant" habillé de couleurs bleu blanc rouge qui le pousse à décider « de faire des drapeaux à partir de photos. L’idée initiale n’était pas juste de jouer avec les couleurs (bleu, blanc, rouge) mais de faire des triptyques et de créer des drapeaux.»

Pour capter l’atmosphère locale, ce Texan résidant à New York, membre de l’agence Magnum, s’est plié aux règles du jeu en acceptant avec simplicité de se mêler aux jouteurs, de devenir un des leurs, un “Chevalier de la Tintaine”.

Le résultat une série surprenante aux chromies hexagonales, sans effet patriotique toutefois, où, à la manière d'un Krzysztof Kieslowski, chaque couleur nimbe une histoire.

Une vision singulière de la france... et des beautés sétoises.

SETE#12



Sète #12 ,Christopher Anderson.
Texte de Christian Caujolle.
Images en Manœuvres éditions, 96 pages, français-anglais, 25 €.