Manuel Álvarez Bravo Jeu de Paume - Hors les murs- Madrid- EXPO

Par Laetitia Allal,

Manuel Álvarez Bravo, El color (La Couleur), 1966 épreuve chromogénique d’époque Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.


Manuel Álvarez Bravo, El color (La Couleur), 1966
épreuve chromogénique d’époque. Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.© Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.


Quand on parle de photographie, comment aborder l’invisible, l’indicible? Il ne fait plus aucun doute désormais que la qualité magique et surréelle attribuée à la photographie d’Álvarez Bravo est une construction rhétorique; essentiellement, un contrepoint entre ce qui se trouve dans l’image et ce qui ne s’y trouve pas. C’est en ce sens que l’oeuvre d’Álvarez Bravo peut se comprendre comme une dialectique de la vision : un imaginaire rempli de motifs où il y a une tension entre ce qu’on montre et ce qu’on cache.

Laura González Flores, Manuel Álvarez Bravo. Syllabes de lumière.

Manuel Álvarez Bravo, Ondas de papel (Vagues de papier), vers 1928 épreuve gélatino-argentique tardive Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.


Manuel Álvarez Bravo, Ondas de papel(Vagues de papier), vers 1928. Epreuve gélatino-argentique tardive.Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.
© Colette Urbajtel/ Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.

10 ans après la mort de Manuel Álvarez Bravo (1902-2002) le Jeu de Paume célèbre ce photographe aux aguets.

Le photographe mexicain, Manuel Álvarez Bravo (Mexico 19002-2002), a marqué l'histoire de la photographie, il a su capter les beautés et les remous de sa métropole et de sa culture, sans jamais tombé dans le folklore. Eternel autodidacte, il a photographié le Mexique des années 1920 aux années 1990 en créant sa propre esthétique, en ne cherchant jamais l’exceptionnel mais sa réalité.

Jonglant constamment entre réalité et poésie, l’une appelant l’autre sous son objectif, leur conjugaison a produit des photos d’une modernité atemporelle.

Manuel Álvarez Bravo, La hija de los danzantes (La Fille des danseurs), 1933 épreuve au platine-palladium tardive Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.


Manuel Álvarez Bravo, La hija de los danzantes (La Fille des danseurs), 1933 épreuve au platine-palladium tardive. Collection Colette Urbajtel/ Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.© Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.

Cette exposition met ainsi en corrélation des images connues aux côtés de matériel d’archives (clichés en couleur, Polaroids et films expérimentaux datant des années 1960). Véritable mine de créations, ces travaux rassemblés au Jeu de Paume témoignent de l'unité artistique de Manuel Álvarez Bravo et de sa poétique aptitude à saisir ce que seuls ses yeux pouvaient voir. Un photographe visionnaire, en bref.

Manuel Álvarez Bravo, Maniquí tapadoManuel Álvarez Bravo, Retrato desagradable (Portrait désagréable), 1945 épreuve gélatino-argentique tardive Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.
Manuel Álvarez Bravo, Maniquí tapado,(Mannequin couvert),1931 épreuve au platine-palladium tardive
Collection © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.


Manuel Álvarez Bravo, Retrato desagradable (Portrait désagréable), 1945, épreuve gélatino-argentique tardive. Collection Colette Urbajtel / Archivo ManuelÁlvarez Bravo, S.C.© Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.






Manuel Álvarez Bravo.Un photographe aux aguets (1902-2002)
FUNDACIÓN MAPFRE, Madrid
DU 13 FÉVRIER AU 19 MAI 2013


Manuel Álvarez Bravo, Mechón (Mèche), vers 1945 épreuve gélatino-argentique moderne Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.Manuel Álvarez Bravo, Los agachados (Les Courbés), 1934 épreuve gélatino-argentique tardive Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.

Manuel Álvarez Bravo, Mechón (Mèche), vers 1945
épreuve gélatino-argentique moderne.Collection Colette Urbajtel / Archivo ManuelÁlvarez Bravo, S.C. © Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.


Manuel Álvarez Bravo, Los agachados (Les Courbés), 1934. Epreuve gélatino-argentique tardive. Collection Colette Urbajtel / Archivo Manuel Álvarez Bravo, S.C.© Colette Urbajtel / Archivo Manuel ÁlvarezBravo, S.C.